bateaumagne-residentiel-amelot1

bateaumagne-residentiel-amelot2

bateaumagne-residentiel-amelot3

bateaumagne-residentiel-amelot4

bateaumagne-residentiel-amelot5

bateaumagne-residentiel-amelot6

bateaumagne-residentiel-amelot7

 

 

Si la plupart des parisiens ne jurent que par la combinaison moulures-parquet-cheminées, notre client n’a eu aucune hésitation à acquérir ce très grand deux pièces aux portes du Marais avec sa vue directe sur le centre Pompidou et la tour Eiffel dans un pur style années 70. C’est avec plaisir que nous avons retrouvé ce client pour qui nous avions déjà réalisé un précédent appartement dans la rue de Provence et répondu à ses goûts très affutés en matière de design et d’art contemporain. C’est d’ailleurs comme une galerie que l’appartement a été conçu : blanc absolu sur les murs et plafonds, parquet de chêne clair aux étroites lattes évoquant le milieu du siècle dernier, et menuiseries extérieures métalliques noir satiné.

La cuisine immaculée avec sa zone de travail comme encastrée dans les rangements, s’étire tout le long de l’entrée et du coin repas ; elle est soulignée par un plan de travail en Corian, les sous-faces des meubles muraux sont recouvertes de miroirs et la robinetterie noire (Vola) répond aux interrupteurs (Mod Elec). La table en marbre (Eero Saarinen) a été chinée aux puces de Clignancourt et est entourée des chaises en noyer (Cherner). La cuisine se prolonge face à la grande baie dans le salon comme un grand buffet qui permet d’accueillir livres et oeuvres d’art. La table basse (Isamu Noguchi) est entourée de fauteuils Lady (Marco Zanuso) tendus de laine jaune (Kvadrat) et d’un lit de jour vintage de Pierre Paulin. Sur le balcon les chaises tressées (India Mahdavi pour maison Drucker) répondent à une banquette sur-mesure.

Le dressing noir s’ouvre en grand sur le long couloir éclairé par des appliques aux accents seventies (Modular lighting) qui permet d’accéder aux pièces privées de l’appartement. Comme les toilettes, la salle de bain est revêtue de marbre Bardiglio au veinage remarquable. Dans la chambre, le grand mural Nuvolette (Fornasseti pour Cole and Son) joue les têtes de lit et se reflète dans le miroir en caisse américaine d’acier brossé qui ornait autrefois une boutique Hugo Boss. Les tabourets Bishop d’India Mahdavi servent ici de tables de chevet et complètent l’atmosphère de suite de palace de cette chambre de collectionneur.

Projet livré en été 2016

Photographe: Giaime Meloni